Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/ir_developpement/laconstance.interrelie.info/Sources/Load.php(225) : runtime-created function on line 3
écrire plusieurs textes en même temps

La Constance du Jardinier

*


Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

From the news...

Pages: [1]
Imprimer
Auteur Fil de discussion: écrire plusieurs textes en même temps  (Lu 5167 fois)
Ayaquina
Fleurs en pot sur le rebord de la fenêtre
**
Messages: 51



Voir le profil WWW
« le: 28 Juin 2010 à 15:56:47 »

Alors voilà, je suis une scribe boulimique. Je ne peux pas écrire un roman tout seul, peur du manque ou du vide, je n'en sais rien mais c'est comme ça. J'ai le même problème avec la lecture, je ne lis jamais un livre sans en avoir un autre à lire ensuite (qui me plaît, bien évidement). Le problème, c'est que parfois c'est difficile de maintenir le cap dans ces conditions : dur de ne pas écrire tous les textes sur le même ton, ni reprendre le même sujet, ne pas inter-changer les personnages. weirdsmiley Parfois, j'écris trois choses à la fois et j'ai une autre idée irrépressible qui survient alors que je m'en sors déjà à peine avec les autres. Alors, je note tout dans un calepin, mais j'ai remarqué que ce n'est pas pareil, l'idée est quelque chose que je ne peux pas développer avec ma tête mais je dois le faire avec ma main. Il n'y a qu'au bout de plusieurs pages d'écriture spontanée que je commence à entrevoir ce que mon intuition cherchait à me dire et que l'idée se construit. Si je ne fais que noter quelques lignes sur un calepin, lorsque j'ai enfin le temps de développer l'idée, son contenu affectif s'est envolé, et il n'en reste qu'un squelette vidé de ses promesses sniff
Depuis que j'ai découvert les AT, je suis heureuse, parce que ça me permet de jongler entre textes longs et textes courts, tout en allant au bout de chaque idée. J'ai beaucoup appris avec ce travail, parce qu'il exige une réflexion sur la méthode et sur la structure du texte que l'on peut appliquer ensuite à un roman. En plus, la relecture est quand même moins épuisante, et la demande de bêta-lecture plus immédiate et accessible.
Bon, ben... j'espère que je ne suis pas hors sujet... gene2 c'était une petit hommage à tous ceux qui travaillent sans méthode réelle comme moi et au feeling thumbup
Journalisée

Je désire l'impossible, et un peu plus encore si c'est possible... et même si ça ne l'est pas. (Fernando Pessoa)
http://sylviadaluz.over-blog.com
Bélier
Administrateur
Les pouces verts
*****
Messages: 619


Voir le profil
« Répondre #1 le: 28 Juin 2010 à 23:49:27 »

J'ai un peu la même attitude que toi, je pense. Surtout en période de constance : Sans être boulimique, comme je dois écrire, j'écris parfois des "quotamakers", des textes qui ne servent à rien d'autre. Et j'ai déjà eu plusieurs romans en cours. Quand je me force à écrire, ce n'est pas plus mal que je garde un choix de plusieurs sujets à traiter...

Cela dit, l'un de ces quotamakers est devenu le début d'un roman sur lequel je fonde quelques espoirs. Et parfois, partir sans idée, sans thème, et se forcer à écrire quand même produit des résultats... inattendus  content Des idées arrivent qui ne seraient pas venues si je n'étais pas allé les chercher. Mais je n'ai que rarement l'inspiration spontanée et naturelle, il faut que je me force à travailler, le plaisir et les idées viennent en écrivant. Je suis un paresseux contrarié (ou pas  icon_whistling).

Je te rejoins entièrement sur l'écriture de nouvelles. C'est très formateur, cela donne de bonnes bases pour la conception et la vision d'ensemble d'un texte. Sans ces étapes il est possible de faire aboutir une nouvelle, mais la taille d'un roman rend critiques les problèmes de cohérence.
Journalisée

Si tu n’as pas de maison, elle ne prendra pas feu
Et tu ne te battras jamais avec un ami, si tu n’as pas d'ami
Pense pour toi, décide pour toi : avoir ou ne pas avoir

http://belier.interrelie.info/
Nao
Un petit coin potager dans le jardin
***
Messages: 139



Voir le profil WWW
« Répondre #2 le: 29 Juin 2010 à 00:20:06 »

J'ai remarqué, pour ma part, que j'arrive vraiment à écrire que quand j'ai pas le temps. C'est en période de partiels ou de révisions que j'ai le plus d'idées ; une sorte d'échappatoire, et donc je note, quand vraiment je peux pas écrire, ou alors je partage mon temps entre écrits "sérieux" (les cours) et écrits "autres" (nouvelles/websérie).

(Mais au final c'est nul comme système, parce que là je suis en vacances (quasiment), j'ai plein de temps, et une énorme panne d'inspiration. *soupire*)
Journalisée

Ayaquina
Fleurs en pot sur le rebord de la fenêtre
**
Messages: 51



Voir le profil WWW
« Répondre #3 le: 29 Juin 2010 à 07:29:24 »

Citation
J'ai remarqué, pour ma part, que j'arrive vraiment à écrire que quand j'ai pas le temps. C'est en période de partiels ou de révisions que j'ai le plus d'idées ; une sorte d'échappatoire, et donc je note, quand vraiment je peux pas écrire, ou alors je partage mon temps entre écrits "sérieux" (les cours) et écrits "autres" (nouvelles/websérie).

(Mais au final c'est nul comme système, parce que là je suis en vacances (quasiment), j'ai plein de temps, et une énorme panne d'inspiration. *soupire*)
grandso3 Il faudrait que tu fasses des feintes à ton inconscient, que tu te mettes des pressions fictives (c'est un peu ce que je fais dans la mesure où je suis une super angoissée permanente), imagine je meurs sans avoir le temps de finir d'écrire mon roman!  icon_sueur Voilà mais ça ne marche que si tu es un anxieux chronique weirdsmiley
Malheureusement, l'inspiration n'en fait qu'à sa tête, pas possible de la forcer, il faut juste apprendre à l'apprivoiser et à ne pas la faire fuir.  icon_idea
« Dernière édition: 29 Juin 2010 à 08:07:38 par Ayaquina » Journalisée

Je désire l'impossible, et un peu plus encore si c'est possible... et même si ça ne l'est pas. (Fernando Pessoa)
http://sylviadaluz.over-blog.com
Ayaquina
Fleurs en pot sur le rebord de la fenêtre
**
Messages: 51



Voir le profil WWW
« Répondre #4 le: 29 Juin 2010 à 07:56:17 »

Citation
Et parfois, partir sans idée, sans thème, et se forcer à écrire quand même produit des résultats... inattendus  content Des idées arrivent qui ne seraient pas venues si je n'étais pas allé les chercher. Mais je n'ai que rarement l'inspiration spontanée et naturelle, il faut que je me force à travailler, le plaisir et les idées viennent en écrivant. Je suis un paresseux contrarié (ou pas  icon_whistling).
Tout à fait. Je ne sais d'ailleurs qu'écrire comme ça, comme s'il fallait aller piller le vide pour faire apparaitre les mots. Quand je commence c'est le néant, malaise, tout ça devant la feuille désespérément vide, aucun personnage avec qui discuter... et d'un coup, apparait un copain puis un autre, ils se mettent à avoir des envies, à se créer des problèmes 1324ym . Si je programme tout ça, ils me boudent et il ne se passe rien. Ce qui est dur par contre, c'est qu'à la fin, il faut tout remanier et réorganiser en dégageant les axes principaux. Je crois que c'est ça qui est difficile, c'est à la fois laisser son imaginaire déployer ses ailes, et en même temps structurer suffisamment une histoire pour lui donner un ampleur et une rigueur digne d'un roman (où on demande de maîtriser le sujet, pas seulement de se laisser porter.)
En tout cas, je comprends vraiment l'intérêt d'écrire ces fameux 500 mots pas jour parce que c'est du matériel qu'on utilise quoiqu'il en soit à un moment ou un autre. On dit que "l'appétit vient en mangeant", l'inspiration vient elle aussi en écrivant ? grandso3
Journalisée

Je désire l'impossible, et un peu plus encore si c'est possible... et même si ça ne l'est pas. (Fernando Pessoa)
http://sylviadaluz.over-blog.com
Bélier
Administrateur
Les pouces verts
*****
Messages: 619


Voir le profil
« Répondre #5 le: 29 Juin 2010 à 22:40:06 »

Et aussi : "C'est en forgeant qu'on devient forgeron".  1324ym
Journalisée

Si tu n’as pas de maison, elle ne prendra pas feu
Et tu ne te battras jamais avec un ami, si tu n’as pas d'ami
Pense pour toi, décide pour toi : avoir ou ne pas avoir

http://belier.interrelie.info/
Ayaquina
Fleurs en pot sur le rebord de la fenêtre
**
Messages: 51



Voir le profil WWW
« Répondre #6 le: 30 Juin 2010 à 08:05:43 »

 grandso3 thumbup
Journalisée

Je désire l'impossible, et un peu plus encore si c'est possible... et même si ça ne l'est pas. (Fernando Pessoa)
http://sylviadaluz.over-blog.com
Kira
Haricot dans du coton mouillé
*
Messages: 39



Voir le profil WWW
« Répondre #7 le: 05 Juillet 2010 à 15:14:01 »

J'ai la même technique que toi chatnoir Sauf que pour la constance je prends uniquement mon roman du moment, parce qu'en cas de manque de temps, c'est ce que je vais faire passer devant. Du coup lorsque je serai à la phase 2 (c'est à dire mettre la chair sur l'ossature que j'ai rédigée en phase 1) je ne peux plus vraiment compter les mots puisque je'écris certains passages, j'en efface d'autres etc. Ensuite, deuxième au rang des priorités viennent les appels à textes (et là encore, pour une phase d'écriture où je peux compter les mots, il y a toute la phase des corrections qui est au moins aussi longue et où je n'écris rien de concret). Puis les séries originales/défis de communautés etc, plus pour me détendre (et bien entendu, c'est toujours ce qui est le plus facile à écrire : ma parodie de contes de fées, je sors sans problème 2000 mots à l'heure sans respirer et sans réfléchir). Et enfin les fanfictions quand vraiment j'ai le temps et envie de me lâcher sur quelques délires. Donc en fait j'écris plein de choses à la fois mais c'est quand même un minimum hiérarchisé et organisé.
Bien sûr là je suis sur l'un de mes romans et ce sont les idées pour l'autre qui me viennent *frustrée* et je suis certaine que lorsque je passerai à l'autre ce sera l'inverse weirdsmiley donc je me force à me concentrer malgré tout sur un seul à la fois. detecti3
Journalisée

Un livre est comme un jardin que l'on porte dans sa poche. [Gladys Taber]
Ayaquina
Fleurs en pot sur le rebord de la fenêtre
**
Messages: 51



Voir le profil WWW
« Répondre #8 le: 07 Juillet 2010 à 21:01:15 »

Je suis rassurée de voir que ce problème de "perte d'idées" ne touche pas que moi. C'est bien que tu puisses faire autant de choses différentes, je pense que ça doit beaucoup enrichir le style de s'adresser de façon différente à un lectorat. Déjà le peu de nouvelles que j'ai écrites ça m'a débloqué au niveau du style très farouche que j'avais. Je crois que je vais vraiment tenter de faire des ATs pour donner de la fougue à mon écriture et faire carburer mon imaginaire. Là je suis en vacances et avec le repos je me disais qu'il faut vraiment écrire comme on court pour s'entraîner au marathon. (Avec plaisir tout de même). Je me dis que c'est en écrivant le plus possible, des choses différentes, au travers du regard des autres aussi, que l'on trouve sa place  et son style.
Voilà, voilà...
Désolé, d'avoir répondu tardivement, je suis privée d'ordinateur par ma famille qui a décidé que les vacances c'est pas d'ordinateur, pas de télé. Et ma foi, ils sont un peu raison... siffle (je viens écrire en cachette)
Journalisée

Je désire l'impossible, et un peu plus encore si c'est possible... et même si ça ne l'est pas. (Fernando Pessoa)
http://sylviadaluz.over-blog.com
Pages: [1]
Imprimer
 
Aller à: